Nuisances animales

  • Nuisances animales

Il s’agit de plaintes liées à la prolifération de pigeons, la présence d’animaux errants (chats, chiens), de rongeurs ou autres insectes. Ces nuisances peuvent être signalées auprès du service de santé environnementale ou auprès de la police nationale pour les animaux errants.

Il convient de rappeler que le nourrissage d’animaux errants est interdit car il induit un développement de nuisibles et peut générer des problèmes d’hygiène et de santé publique (allergies, maladies respiratoires….)

  • Le service de santé environnementale programme chaque année des captures de pigeons sur le domaine public pour en réduire la population. Par mesure préventive, la population gênée peut également poser des rampes de pics sur les rebords de toits
  • Pour les chats et chiens errants, le service de santé environnementale organise des captures.
  • Face à une présence anormale de rongeurs signalée sur la voie publique, Le service de santé environnementale alerte systématiquement les services de la Métropole de Lyon pour effectuer une dératisation dans les égouts.  A noter, que des campagnes de dératisation  sont réalisées plusieurs fois par an par la Métropole sur l’ensemble du réseau d’assainissement.Il est possible de signaler une situation directement à la Métropole  de Lyon via leur formulaire
  • En cas de présence de rats ou d’invasion d’insectes (cafards, fourmis, …) dans les parties communes  d’un immeuble, il faut contacter par écrit, le propriétaire, la régie ou le bailleur qui doit procéder à la dératisation. Au cas où le gestionnaire n’intervient pas, le service de santé environnementale est en mesure de lui adresser une mise en demeure. Lorsqu’une intervention doit se faire également à l’intérieur d’un logement,  le coût des produits reste à la charge de l’occupant.
  • Le moustique tigre est une espèce invasive, installée en France depuis 2004. Dans certains cas, il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika. En cas de présence de moustique tigre, il est important de le signaler rapidement auprès du service de santé environnementale ou bien en remplissant le formulaire en ligne sur le site dédié.

Plus d'information sur :

  • Les chenilles processionnaires - La Ville de Villeurbanne lutte contre l’implantation de la chenille processionnaire du pin, dangereuse pour l’homme et l’animal du fait de ses poils urticants.La chenille processionnaire est la larve d'un papillon de nuit. La femelle papillon recherche en priorité les pins, et autres résineux, pour y pondre ses œufs. Pendant l'automne, les larves se construisent un abri sous forme de cocons, pour passer l'hiver. Au printemps, la colonie quitte l'abri en descendant le long des troncs et se dirige vers le sol. C'est la procession des chenilles qui se tiennent les unes aux autres et se déplacent en longue file. Au bout de plusieurs jours, elles s'arrêtent dans un endroit bien ensoleillé et s'enfouissent dans le sol.C'est au printemps, que chacun doit faire attention à cette chenille. Elles provoquent le plus souvent des symptômes cutanés ou respiratoires.La première des précautions est d'éviter tout contact avec la chenille ou les nids (même vides). La direction Paysage et nature intervient en cas de besoin, sur les arbres présents dans les espaces publics.

Plus d’information sur :